Pologne 1980 et Ukraine 2022 : CFTC toujours solidaire

Depuis ses débuts, la CFTC s’est toujours inscrit dans un combat pour le respect de l’être humain et l’amélioration de sa condition. L’apparition en 1980 en Pologne d’un syndicat presque libre, exceptionnel à l’époque dans les démocraties dites populaires de l’est européen, a produit un élan de solidarité vers ce syndicat et les polonais entre autres de la CFTC de l’époque.
Cet élan prend dorénavant “la direction de l’Ukraine”.

“Solidarité syndicale”

Le texte de ce document provient de la lettre confédérale CFTC de Juillet 2022.

Il y a une quarantaine d’années, la CFTC tissait des liens avec Solidarnosc, fédération polonaise de syndicats.
Congrès en France et en Pologne rapprochaient des militants qui, comme Jacques Achery, ont été profondément marqués par cette lutte sociale et ces amitiés transfrontalières.

Août 1980

La grève dans les chantiers navals de Gdansk donna l’impulsion à un mouvement syndical qui atteignit très vite, en Pologne, une puissance littéralement extraordinaire. Face au pouvoir communiste répressif, jusqu’à 10 millions de Polonais se rassemblèrent sous la bannière syndicale, dont l’aura dépassa rapidement leurs frontières. Cela changea la vie de Jacques Achery, militant CFTC. Son premier contact avec des militants polonais eut lieu en décembre 1981 : «La CFTC tenait son Congrès national à Lyon et des militants de Solidarnosc étaient venus présenter leur syndicat. C’est à ce moment-là que Jaruzelski, à la tête du gouvernement, instaura l’état de siège et emprisonna de nombreux militants. Nos hôtes ont été un temps coincés en France.» Quelques années plus tard, des enfants de militants jetés en prison étaient accueillis un mois en France par des syndicalistes de la CFTC, dont faisaient partie Jacques Achery et son épouse. Ce fut le Jean Bornard et Lech Walesa lors du congrès de Solidarnosc à Gdansk, en septembre 1981, soit deux mois avant le congrès CFTC de Lyon, début d’une longue série d’échanges culturels et de coups de main entre un groupe passionné de militants français et des familles polonaises, à grand renfort de camionnettes chargées d’aides en tout genre.

Militants CFTC à Cracovie

Au-delà des amitiés et solidarités transfrontalières qui «construisent l’Europe», le souvenir le plus marquant de Jacques Achery est la participation, en 1988, d’une centaine de militants CFTC à une réunion avec les leaders de Solidarnosc à Cracovie. «Dans la délégation CFTC, il y avait entre autres un trio de responsables confédéraux : Jean Bornard, président de l’époque, Guy Drilleaud, secrétaire général qui deviendra ensuite président, et Armel Gourmelon, responsable des relations internationales. La CFTC a exprimé sa solidarité avec la lutte des 80000 travailleurs d’un combinat, une gigantesque zone industrielle spécialisée dans la métallurgie. J’espérais voir Lech Walesa, mais il était occupé à Gdansk, avec les gars des chantiers navals. » Jacques Achery aura par la suite le bonheur de rencontrer en France le fondateur du Solidarnosc, alors ancien chef d’État polonais. « Vivre des choses pareilles, cela m’a donnéde l’élan pour les 35 ans qui ont suivi. Il y avait une dynamique, un mouvementfantastique. Cela a accru notre envie d’aider ces gens, à notre modeste échelle, tous azimuts», s’enthousiasme-t-il. Un engagement que lui et ses amis de l’Arasfec (Association régionale d’aide sociale, familiale et d’échanges culturels) ont fait vivre en Pologne, mais aussi dans d’autres pays d’Europe centrale ou de l’Est.

Aujourd’hui, leur solidarité prend la direction de l’Ukraine.

 

Pour info, un podcast sur Poutine.

Share This Post

More To Explore

Epargne

Intéressement et Participation Capgemini rabotés !

Epargne salariale L’épargne salariale, favorisée officiellement par le gouvernement par de récentes mesures, est un système d’épargne collectif mis en place au sein de certaines

Subscribe To Our Newsletter

Get updates and learn from the best

Do You Want To Boost Your Business?

drop us a line and keep in touch