Les risques psycho-sociaux c’est pas que pour les autres !

La charge de travail est une réalité complexe et difficile à appréhender typiquement dans nos sociétés et les effets sur la santé des salariés sont indéniables. Entre les objectifs assignés par le management et les moyens mis à disposition pour les atteindre, il y a un espace de dialogue social et professionnel à mettre en place pour la déterminer ensemble, l’évaluer et la réguler.

Individuellement, on peut déjà prendre de bonnes habitudes !

Lesley Alderman, psychothérapeute américaine reçoit de nombreux patients qui souffrent au travail donne quelques pistes pour aller mieux (cf Washington Post) car le Covid a poussé de nombreux salariés à remettre en question leur rapport au travail, voire leur métier.
Dans sa pratique, elle donne ci-dessous quelques conseils qui restent individuels… mais cela ne résoud pas tous les problèmes !

Ce qui peut marcher :

  1. Défendez une cause
  2. Identifiez quelque chose qui vous plaît
  3. Fabriquez votre travail
  4. Cultivez vos amitiés au bureau
  5. Définir des intentions. Au lieu de vous donner des objectifs, souvent stressants, fixez-vous des bonnes résolutions du type : Je ne vais pas laisser le travail augmenter ma tension artérielle. Lorsque je commence à ressentir un pic d’adrénaline, je vais prendre trois respirations profondes et aller marcher un peu
  6. Rejoindre un groupe
  7. Fixer des limites horaires
  8. Faites des pauses amusantes
  9. Faites une liste de vos réalisations
  10. Demandez conseil à un expert. Si les neuf conseils précédents n’ont pas marché, n’hésitez pas à consulter un thérapeute, un coach ou un conseiller en carrière

Et la marche simple est aussi un facteur de régulation comme indiqué dans cet article.

PS: si vous voulez vous assurer de ne pas passer trop de temps sur votre PC, essayez l’application “ManicTime tracker” !

Mais les actions doivent aussi être collectives !

L’entreprise doit aussi prévenir les risques professionnels en télétravail car le caractère professionnel d’un accident survenu en télétravail est présumé en cas d’accident au temps et lieu de travail, même si ce lieu est le domicile du salarié [Code du travail, art. L. 1222-9].

L’employeur doit se pencher sur le sujet car il a des obligations notamment de sécurité.

Le télétravail ne change rien à l’obligation générale de sécurité de l’employeur à l’égard de ses salariés [C. trav., art. L. 4121-1]. Il est donc nécessaire, quel que soit le contexte, que celui-ci prévoit :

  • des actions de prévention des risques professionnels
  • des actions d’information et de formation des salariés
  • de veiller à une organisation et des moyens adaptés
  • une évaluation des risques. Pour le télétravail comme pour le travail sur site, l’employeur est tenu de procéder à l’identification des risques professionnels, en prenant en compte les spécificités du télétravail [C. trav., art. L. 4121-3]. Les résultats de cette évaluation doivent figurer dans le document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP). Le CSE doit être consulté sur ce dernier et peut participer à son élaboration.

Quelles actions à mettre en place par l’entreprise ?

La plupart des actions ci-dessous ont été mises dans de nombreuses sociétés mais elle doivent en permanence être adaptées aux situations individuelles qui seront rencontrées :

  • L’employeur doit chercher à répondre aux facteurs de risque identifiés, en commençant par correctement équiper le salarié et lui faire bénéficier d’une assistance technique à distance efficace. En termes d’organisation du travail, l’employeur peut organiser un système de remontée d’expérience sur le télétravail associant salariés, CSE et service de prévention et de santé au travail. Les collectifs de travail doivent se voir fixer un cadre clair (notamment en matière de gestion du temps de travail et de droit à la déconnexion), et maintenir un ensemble de réunions d’équipes et d’entretiens individuels, formels et informels
  • le DCA (Dispositif Complémentaire d’alerte) mis en place par Capgemini est une solution de soutien psychologique qui s’avère indispensable dans notre structure
  • la formation des salariés sur les divers aspects de l’activité menée en télétravail (risques, utilisation des outils technologiques, management à distance, gestion des conflits, etc.)
  • la diffusion d’outils pédagogiques comme des guides de bonnes pratiques
  • un accord télétravail et de droit à la déconnexion et leurs évolutions comprenant les modalités de contrôle du temps de travail ou de régulation de la charge de travail, ou encore la détermination des plages horaires durant lesquelles le salarié peut être contacté [C. trav., art. L. 1222-9]
  • la mise en place par l’employeur, après avis du CSE, d’une charte sur le sujet qui organise aussi des actions de formation et de sensibilisation des salariés et de l’encadrement [C. trav., art. L. 2242-17]

Ci-dessous, des idées reçues mises en avant par l’INRS…

Et également, quelques articles et documents abordant ce sujet complexe :

D'autres articles ...

covid

COVID LONG : un témoignage pour savoir

Des salariés de Capgemini souffrent aujourd’hui d’un pathologie qui peut être lourde et handicapante, mal comprise, connue, mais pas reconnue : c’est le COVID LONG.

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Recevez les mises à jour régulières

Envie de progresser avec nous en apportant ta propre expérience ?

Nous pensons que oui ... car tu devrais être syndicaliste !