CFTC COGNIZANT

Technologies quantiques: compétences, emploi et formation

Les besoins en compétences, emploi et formation relatifs aux technologies quantiques

Les acteurs clés de l’écosystème français cherchent à stimuler une nouvelle filière industrielle sur les technologies quantiques. Cette ambition requiert d’importants investissements dans les compétences et formations. Cette étude de l’OPIIEC propose des recommandations stratégiques sur le sujet.

Les technologies quantiques, de quoi parle t- on ?

Les technologies quantiques reposent sur les principes de la mécanique quantique, une branche de la physique basée sur la manipulation de la matière à très petite échelle. Ces technologies visent à améliorer de manière révolutionnaire la résolution de problèmes complexes, la réalisation de mesures extrêmement précises, ou encore le traitement de l’information.

Il existe trois grands familles de technologies quantiques :
L’informatique quantique qui permet de résoudre des problèmes complexes que des ordinateurs classiques ne pourraient résoudre dans un temps raisonnable ;
Les capteurs quantiques et la métrologie qui permettent de réaliser des mesures extrêmement précises en exploitant les lois de la physique quantique ;
Les communications quantiques et la cryptographie qui permettent de transférer des informations quantiques et de protéger les échanges.

La France, un acteur stratégique producteur et utilisateur de technologies quantiques

Dans le cadre de la stratégie quantique élaborée en 2021, le gouvernement français a lancé un plan d’investissement de 1,8 milliard d’euros sur cinq ans pour soutenir l’industrialisation de la filière quantique. La recherche publique performante regroupe 70 laboratoires affiliés aux cinq organismes scientifiques (CNRS, INRIA, CEA, CNES et ONERA), rassemblant 2000 chercheurs et doctorants travaillant sur la recherche fondamentale en physique quantique.

Les entreprises des secteurs numérique et ingénierie se sont positionnées sur divers segments de la chaîne de valeur du quantique, tels que la conception et la fabrication d’ordinateurs quantiques, le développement de logiciels et d’algorithmes quantiques, ainsi que dans le domaine des communications sécurisées et des capteurs. En matière d’emplois, la branche totalise près de 900 emplois, principalement au sein des entreprises et startups spécialisées dans la conception et la fabrication d’équipements quantiques.

Des métiers très qualifiés et de nouvelles compétences à développer dans la branche

Les technologies quantiques ne créent pas de nouveaux métiers du numérique, mais elles exigent de nouvelles compétences spécifiques au domaine. Ces compétences incluent des connaissances en sciences (photonique, manipulation d’atomes, d’électrons, etc.), en mathématiques et en logiciels quantiques, ainsi que des compétences sectorielles (chimie organique, chimie des batteries, risque en finance, etc.). En raison de la non-maturité de l’offre technologique et commerciale dans ce domaine, les besoins en emplois évoluent en fonction de cette maturité et des capacités d’investissement des entreprises.

Retrouvez tous les livrables de cette étude: ICI

D'autres articles ...

Protégé : test

Il n’y a pas d’extrait, car cette publication est protégée.

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Recevez les mises à jour régulières

Envie de progresser avec nous en apportant ta propre expérience ?

Nous pensons que oui ... car tu devrais être syndicaliste !